BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Parakou : le fromage soja défie la viande et le poisson dans les repas au nord du Bénin

Le fromage fabriqué à base du lait de vache ‘’Gassarou’’ ou ‘’Wanrangachi’’ perd de plus en plus de terrain au profit de celui de soja localement appelé ‘’Amon soja’’ ou ‘’Soja gassarou1’’ et ce même à Parakou, le fief de prédilection du ’Wanrangachi’’. Et contre toute attente, ce dernier qui remplaçait valablement la viande et le poisson, ne l’est plus.

«Maintenant qu’il y a manque d’argent pour payer le fromage de lait pour remplacer la viande et le poisson, les gens mangent beaucoup plus le fromage de soja, car il est moins cher…», a affirmé Dame Nouratou, vendeuse de fromage de soja rencontrée au marché Arzèkè à Parakou.

Le fromage de vache ‘’Gassarou’’ ou ‘’Wanrangachi’’, a pourtant gardé des prix raisonnables. Selon les saisons, il varie entre 1000 et 2000 F CFA selon le grammage de trois à cinq kg.

En dépit de ce coût peu onéreux, ce produit a commencé par remplacer dans les marmites et assiettes, les morceaux de viandes et de poissons. «Avec moins de 500F de fromage de soja, tous les membres de la famille sont servis ce qui revient 2 à 3 fois moins cher que si nous devons nous alimenter au poisson ou à la viande», a laissé entendre Maman Dine, demeurant au quartier «Dépôt» à Parakou.

Outre les familles, le phénomène gagne les femmes de la petite restauration (vendeuses de riz, igname ou autres). Tout ce beau monde est désormais convaincu que le fromage de soja est doté de plusieurs valeurs nutritives, surtout que le soja est une légumineuse à forte teneur en protéines.

De nos jours, il est devenu un aliment vedette non seulement pour sa valeur nutritive, mais aussi pour ses multiples potentialités culinaires et médicinales. Le fromage de soja, localement appelé ‘’Amon soja’’ ou ‘’Soja gassarou1’’ selon Dine Nahim, un nutritionniste de son Etat, «Est l’un des produits issus de la transformation des grains de soja. C’est une légumineuse qui contient des protéines complètes, pouvant remplacer la viande chez les végétariens. De plus, le soja ne contient pas de cholestérol et on y retrouve des gras de bonne qualité incluant des acides monoinsaturés et polyinsaturés».

On comprend de plus en plus les raisons de cette ruée depuis quelques années vers le fromage de soja. Et voici le fromage à base de soja qui a droit de cité désormais à Parakou. Conséquence, les morceaux de viande ou de poissons dans les plats ne sont plus fréquents.

Vers une nouvelle filière ?

Dès lors, la transformation du soja en fromage est devenue une activité essentiellement rentable. En effet, les femmes sont les principales actrices de tous les maillons de la chaîne de valeur du fromage de soja. Toutes les opérations du processus de transformation, à l’exception de la mouture, sont l’apanage des femmes.

De même, elles assurent sa commercialisation à travers plusieurs formes de consommation qu’elles ont développées. Cela témoigne de leur savoir-faire. «Chez nous, les hommes ne préparent pas les repas. C’est nous les femmes qui faisons manger toute la famille. Donc préparer le fromage de soja et aller le vendre au marché, c’est notre travail. Il en sera ainsi !», a déclaré fièrement Dame Mounath.

De nos investigations auprès de plusieurs productrices de fromage de soja, il ressort que pour 15 kg de soja transformés par jour au prix de 200 FCFA/kg, le fromage produit est vendu à 9.000 FCFA. Si l’on tient compte d’un coût de production de 5.200 FCFA, la marge nette journalière est de 3.800 FCFA. En ramenant le revenu à l’échelle d’un mois, une commerçante peut gagner entre 75 et 100.000 F CFA.

L’activité de transformation de soja en fromage est donc devenue la principale source du revenus des transformatrices et elles y consacrent la majeure partie de leur temps. Depuis qu’elles ont commencé cette activité, grâce à ce revenu, elles peuvent contribuer aux dépenses familiales comme la scolarité des enfants, les soins de santé, l’alimentation de la maison et l’habillement.

De plus, la gestion des déchets issus de la transformation de ce produit, la collecte les eaux usées notamment pendant la saison sèche et distribuées aux éleveurs de bétail pour abreuver leurs animaux sur la base d’un contrat saisonnier de labour d’un hectare de terre. Quant aux sons de soja, ils sont vendus aux éleveurs qui s’en servent comme complément alimentaire distribués aux animaux à raison de 500 FCFA la bassine de 25 kg.

Tout cela constitue d’autres sources de revenus pour le développement des activités des groupements. Pendant la saison pluvieuse, les eaux usées issues de la transformation sont déversées dans des puisards construits à cet effet. Il convient aussi de souligner que la culture du soja est une activité qui permet d’améliorer la fertilité des sols en lui restituant les éléments prélevés.

Le fromage ‘’Wanrangachi’’ rependra-t-il du poils de la bête devant cette montée en puissance du ‘’Amon soja’’ ? Beaucoup de consommateurs pensent que sa suprématie est du passé, car celui du soja est parti pour s’installer durablement. Surtout que la maitrise des notions écologiques par les femmes qui s’adonnent aux fromages de soja et qui utilisent des foyers améliorés pour la cuisson du fromage, ce qui permet de réduire la quantité de bois utilisée, est un atout maitre pour le fromage de soja.

Par Ibrahim Yarou Djibril

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

44 − = 34