BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Médiation pour une sortie de crise : le clergé dépose le tablier (Patrice Talon, la cause ?)

Suite à la crise électorale qui prévaut au Bénin, l’épiscopat catholique a offert ses bons offices. Objectif, renouer le fil du dialogue entre la mouvance présidentielle et l’opposition exclue des législatives du 28 avril 2019.

Le clergé catholique a-t-il été astucieusement bloqué par le chef de l’Etat dont les impératifs de calendrier ne permettaient pas aux évêques d’avancer ? Ou bien Patrice Talon avait-il son calendrier secret, celui qui consiste à donner son quitus à l’initiative, tout en la torpillant?

De sources concordantes proches du clergé, on apprend que : «Le calendrier du chef de l’Etat ne lui a pas permis de se rendre disponible pour des échanges avec les évêques». Face à cette situation de blocage, les évêques ont décidé de cesser provisoirement la médiation qu’ils ont amorcée.

Case départ

Dans la matérialité de cette médiation, le clergé a eu à son actif, quelques rencontres importantes avec des personnalités des deux camps… On peut citer Joseph Djogbénou de la mouvance présidentielle et feu Marcel de Souza qui a représenté personnellement Boni Yayi, embastillé chez lui pendant 50 jours suite à la crise électorale. Doit-on être surpris de ces derniers développements de blocage qui obligent les évêques à y renoncer provisoirement?

Il y a la posture de Patrice Talon qui a été un gros handicap pour les évêques. Pourtant, dès l’annonce de cette médiation, le chef de l’Etat s’est personnellement déplacé vers les évêques en guise d’accord de principe. Un acte fort ou un écran de fumée ? Mais parallèlement à cette initiative du clergé, Patrice Talon avait son calendrier caché. C’est ainsi que le 15 juillet 2019, il a rencontré à la présidence de la République, les responsables des partis de l’opposition qui n’ont pas pu obtenir leur certificat de conformité.

Cette rencontre a été suivie de celle avec ministre Lafia de l’Intérieur. Mais au terme de cette séance de travail, les positions au niveau de l’opposition se sont radicalisées. Les injonctions à eux imposées étaient inacceptables.

Aussi, faut-il signaler que dans le cadre de la médiation de proposition du clergé, des proches du chef de l’Etat comme des artificiers de service, n’ont cessé depuis que les évêques ont amorcé les bons offices de les brocarder.

«Ils sont impartiaux, leur prise de position avant le scrutin législatif a terni leur crédibilité», a-t-on souvent entendu ouvertement de la part de certains proches de Patrice Talon dire.

Quand on voit ces buissons d’épines, tout n’a-t-il pas été mis en branle pour mettre les bâtons dans les roues des évêques et les empêcher d’atteindre leurs objectifs ?

Voilà qui met le Bénin dans une situation très dangereuse de blocage politique. La médiation du chef de l’Etat est au point mort, les évêques ont jeté l’éponge et les partis de l’opposition exclus des législatives n’ont pas eu leurs certificats de conformité sans oublier le Parlement illégitime qui continue son bonhomme de chemin…De gros nuages planent désormais sur le Bénin.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

1 COMMENTAIRE
  1. Ishola dit

    Le rédacteur de ce texte n’a pas de nom ? Je suis sûr qu’il est un membre très actif de l’opposition au développement du Bénin. Le clergé catholique lui même a trop de problèmes et partout dans le Monde. le Bénin d’aujourd’hui n’a pas du tout besoin de lui pour se développer. Et talon n’aura jamais besoin de lui pour le Bénin. Il est à la base des troubles dans l’Afrique. Il n’a jamais soutenu Un pouvoir en place. Toujours il soutient l’opposition et crée des problèmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

+ 36 = 43