BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Filière agropastorale en Afrique de l’ouest : la technique chinoise gagne du terrain au Bénin

Dans le secteur de l’agropastorale au Bénin, une technologie est en train d’insuffler un nouveau dynamisme, d’accroître le rendement et la production avicole et agricole. Il s’agit de la technique chinoise mise en pratique par le Centre Pilote des technologies Agricoles chinoises (CPA) du Bénin, situé dans la commune de Sèmè-Podji à quelques mètres du carrefour Sèmè. Visite guidée.

Formation de 221 aviculteurs et agriculteurs béninois sur le thème «Elevage des poules pondeuses et techniques culturales du maïs au Bénin» ; formations périodiques de remise à niveau des gérants de fermes avicoles partenaires ; conception et distribution du «Guide d’élevage et de prophylaxie des poussins» à 400 aviculteurs béninois ; entretien et multiplication de 2500 poussins de la race NOVOGEN pour la production et commercialisation de 170 000 poussins-ponte et 168 745 coquelets au profit de 400 aviculteurs béninois. Depuis août 2018, importation, entretien et multiplication en cours de 2500 autres poussins NOVOGEN.

«Au 10 décembre 20i8 nous avons atteint 180 000 poussins-pontes et 188 000» dixit Robert Adjibi, Directeur adjoint du Centre pilote des technologies agricoles chinoises (CPA) au Bénin. Ainsi se résume le bilan 2018 du CPA. Un centre, fruit de la coopération sino béninoise qui a pour objectif principal «l’amélioration des techniques et technologies de production agricole et avicole pour une meilleure productivité» en vue du renforcement de l’autosuffisance alimentaire».

Le Directeur adjoint du CPA explique que, depuis 2015, les tarifs pratiqués par le Centre n’ont pas changé malgré une amélioration permanente des soins prophylactiques, la formation des aviculteurs et le suivi des élevages partenaires.

«Les prix pratiqués sont de loin inférieurs à ceux des poussins importés, et sont demeurés inchangés. C’est-à-dire 650 FCFA l’unité de poussin-ponte ; 50 FCFA le coquelet (Soit 100 poussins-ponte à 65 000 F, et 100 coquelets à 5 000 F CFA)» renseigne M. Adjibi.

Atteindre une production annuelle de 200 000 poussins d’un jour

En se référant à la Convention de partenariat sino-béninois, signée le 03 novembre 2014, «le CPA est un établissement public à caractère industriel et commercial». A ce titre le CPA mène deux types d’activités, à savoir les activités d’utilité publique que sont la recherche, la formation et la vulgarisation… et les activités de développement dont la production et la commercialisation des poussins d’un jour…

Ainsi depuis mars 2014 grâce au partenariat avec l’Interprofession de l’aviculture au Bénin (IAB), le CPA exploite une Unité industrielle de production et de commercialisation des poussins d’un jour en utilisant la souche avicole française NOVOGEN.

Pour cette année 2019, le CPA entend poursuivre la production des légumes et l’élevage des porcs ; améliorer les conditions du couvoir et du marché de façon à atteindre une production annuelle de 200 000 poussins d’un jour et importer le 6ème lot de poussins NOVOGEN pour une multiplication au couvoir. La capacité actuelle est de 500 000 poussins-ponte par an, avec une possibilité d’extension.

Maïs chinois à haut rendement au Bénin

Dans le domaine de l’agriculture, le CPA intervient dans trois sous secteurs que sont : la recherche agricole ; la vulgarisation agricole ; et la production des légumes exotiques.

En matière de recherche agricole, le Centre pilote des technologies agricoles chinoises (CPA) au Bénin en collaboration avec l’Institut National de Recherche Agricole du Bénin (INRAB), a initié et conduit un programme de recherche sur l’adaptation des variétés de maïs chinois à haut rendement.

«Au cours de cette étude, sur 80 variétés chinoises testées dans les conditions écologiques locales, 03 variétés de maïs ont donné des résultats satisfaisants. Il s’agit des variétés GUIDAN 162 / 84 jours / rdt = 7 T/Ha ; JINYU N°8 / 80 jours / rdt = 6,5 T/Ha et XIANYU-335 / 80 jours / rdt = 4,5 T/Ha», informe M. Adjibi qui a aussi fait remarquer que dans le domaine de la formation et de la vulgarisation agricole, le CPA a consacré les 03 premières années depuis son ouverture en janvier 2011, à ces activités dites d’utilité publique.

Ainsi, de 2011 à 2018, 1700 producteurs de maïs en provenance de 10 communes des départements de l’Ouémé et du Plateau ont reçu une formation pratique et théorique sur «La conduite de la culture du maïs».

De même, 20 parcelles de démonstration sur le maïs à haut rendement, ont été installées dans lesdites communes avec des rendements de l’ordre de 5 tonnes à l’hectare. Il est à retenir également que sur la période de 2014 à 2018, 25 cadres béninois ont effectué des visites d’étude en Chine, 72 encadreurs techniques et 250 aviculteurs et agriculteurs, ont séjourné au CPA pour un séminaire sur «Les techniques de maraîchage et la conduite de la culture du maïs».

En termes de production et de commercialisation des légumes exotiques, une douzaine de cultures maraîchères sont régulièrement entretenues pour desservir les restaurants des communes environnantes.

En vue donc de contribuer à améliorer la productivité agricole, le CPA a essentiellement orienté ses activités sur le maïs qui est une culture stratégique pour le Bénin. Ainsi le Centre a élaboré et vulgarisé au Bénin notamment dans les départements de l’Ouémé et du Plateau, une technologie moderne de culture du maïs qui permet l’obtention des rendements élevés avec les variétés conventionnelles en usage au Bénin (EVDT, DMR et autres…).

Cette technologie moderne est basée sur quelques principes dont l’utilisation optimale de l’espace (47 542 plants/ha au lieu de 62 500) ; l’utilisation des engrais organiques locaux ; l’utilisation des doses optimales d’engrais chimiques ; l’extériorisation du potentiel de la plante. Actuellement, la technologie agricole chinoise est adoptée par de nombreux paysans qui continuent d’ailleurs de la vulgariser au-delà des frontières des départements de l’Ouémé et du Plateau.

Le CPA en bref

En septembre 2006 s’est tenu l’historique sommet Chine-Afrique à Beijing avec la présence de la quasi-totalité des Chefs d’Etat Africains et du Président chinois XI Jinping. A l’issue de cette rencontre la Chine et les pays africains se sont engagés dans un partenariat gagnant-gagnant pour une coopération multilatérale et bilatérale dans maints domaines dont l’agriculture, qui demeure le socle incontournable du développement des pays africains.

L’installation des Centres de Démonstration des Technologies Agricoles (CDTA) dans 25 pays africains dont le Bénin, est la concrétisation de ce partenariat bilatéral avec les différents pays africains. Les CDTA sont conçus comme une plateforme de coopération notamment dans le domaine agricole. Ils sont destinés à l’expérimentation, au transfert et à l’adaptation des technologies performantes de la Chine dans le domaine agricole.

Au Bénin le CDTA a été dénommé Centre Pilote des technologies Agricoles chinoises (CPA). «En effet notre pays fait partie des tous premiers chantiers d’installation des Centres de Démonstration en Afrique» a confié Robert Adjibi, Directeur adjoint du CPA Bénin qui livre chaque année sur le marché béninois environ 165 000 poussins-pontes et une quantité égale de poussins mâles. In fine l’objectif est de satisfaire le marché béninois afin de minimiser l’importation des poussins d’un jour.

Par Joël YANCLO

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

+ 71 = 72