BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Fermeture de la frontière Benino-Nigériane : l’essence frelatée à 1000 FCFA le litre dans l’Atacora

La flambée des prix de l’essence frelatée dans le département de l’Atacora est une réalité depuis quelques jours. Cet état de chose est un véritable obstacle pour le développement des affaires dans ce département.

La fermeture des frontières entre le Benin et le Nigeria continue d’avoir des effets négatifs sur toute l’étendue du territoire national et surtout dans le département de l’Atacora.

Dans le département de l’Atacora, où l’essence frelatée est parfois la seule opportunité qui est offerte aux transporteurs voire aux populations, la situation est un peu plus critique et criarde, explique un jeune enseignant en service dans la circonscription scolaire de Kérou. Chez nous ici, quand tu veux aller à Kérou en passant par Kouarfa, la situation est vraiment compliquée. L’essence frelatée se vend à 1000 F CFA le litre. Cela fait que les vendeurs d’essence font beaucoup de profits, a-t-il ajouté.

Dans le département de l’Atacora, se rendre de Natitingou à Tanguiéta devient donc un cassetête, car l’essence à la pompe est inexistante, les stations Sonacop sont souvent vite débordée, d’où l’absence d’essence a affi rmé un jeune en service à Tanguiéta.

S’exprimant sur les raisons ayant amené cette situation de fermeture de la frontière Benino-Nigeriane, plusieurs citoyens exhorte le Président Patrice Talon à mettre tout en œuvre pour que la situation soit réglée définitivement.

“Il faut que le président Talon, fasse tout pour que le président Buhari ordonne la réouverture de la frontière, car sans cela, il y a des citoyens en a qui ressentent durement ce qui se passe” a fait remarquer un transporteur rencontré à Natitingou.

Mettre des stations essence dans les arrondissements

Dans le département de l’Atacora, les communes sont tellement éloignées les unes des autres que pour s’approvisionner en essence, la seule alternative est l’essence frelatée, a déclaré Mr Bachirou M, citoyen de la cité des Nantos.

Face à cette situation, le citoyen ordinaire n’a rien d’autre à faire que de s’abonner aux vendeurs d’essence frelatée. Pour trouver une solution à la dépendance des populations à l’essence frelatée, il faut que des stations essence soient disponibles dans les arrondissements, affirme un enseignant rencontré à Tampégré, un arrondissement de la commune de Toucountoun.

“Si dans les arrondissements on peut avoir des stations d’essence de la Sonacop, ce serait vraiment très bien. Mais avec ce qui se passe dans le pays, on ne sait vraiment où on va. On a l’impression que l’Etat a démissionné dans le domaine de la fourniture de l’essence aux populations du pays” a ajouté un autre enseignant en service à Wabou, un village de l’arrondissement de Kouarfa, dans la commune de Toucountouna.

En tout cas, si tout peut être mis en œuvre pour que les arrondissements soient dotés de station à essence, ce serait une excellente chose.

Par Blaise T. J. TAMPOUNHOURO

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

− 5 = 2