BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Echauffourées dans les Collines et le Borgou: comme à Cadjèhoun, pas de bilan à Tchaourou

Combien de morts et de blessés civils a-t-on enregistré suite aux violentes manifestations de Tchaourou et de Savè ? Les autorités béninoises sont muettes. C’est du déjà vu c’est comme à Cadjèhoun

Le bilan relatif aux blessés militaires et policiers varie d’une source gouvernementale à une autre. Mais aucun chiffre n’est disponible en ce qui concerne le bilan des morts et des blessés civils en dépit des nombreuses déclarations des autorités en charge de la sécurité publique.

C’est d’abord le ministre Sacca Lafia qui a fait une sortie médiatique vendredi dernier suite aux échauffourées de Tchaourou et de Savè. Il a parlé des blessés parmi les forces de l’ordre et de défense. Mais en ce qui concerne les civils, il n’a pas pipé mot.

Dans le même sillage, le conseiller technique à la sécurité du ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a déjà fait plusieurs interventions télévisées dont la dernière a eu lieu hier lundi 17 juin sur l’émission matinale «Actu matin» de Canal 3, A cette occasion, il n’a pas daigné situer l’opinion nationale et internationale en ce qui concerne le bilan des blessés et des morts civils dans ces deux localités du Bénin.

Le conseiller technique à la sécurité du ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique répondant au journaliste en ce qui concerne le bilan des blessés civils a dit urbi qu’il leur est difficile de dresser un bilan du côté de la population. Raison évoquée, les populations et les chasseurs ‘’recrutés’’ se sont mélangés au point où il est difficile pour les services du ministère de distinguer les uns des autres pour dresser un bilan.

Bilan des forces de défense

Si les autorités béninoises peinent à connaître le bilan exact suite aux échauffourées de Tchaourou et régions en ce qui concerne les civils, les informations ne sont pas exactes au sujet des forces de défense et de sécurité.

En effet, les autorités avouent avoir des difficultés à dresser le tableau des blessés et éventuellement des morts dans le rang des populations civiles mais par rapport aux militaires, rien que des estimations approximatives. Le vendredi 14 juin dernier, le ministre de l’Intérieur, Sacca Lafia, a évoqué une trentaine d’hommes en arme blessés.

Il a fallu que des professionnels des médias sur le terrain contredisent publiquement le ministre de l’Intérieur. C’est ainsi qu’ils ont annoncé un bilan d’une cinquantaine de blessés dont 10 graves dénombrés parmi les forces de sécurité et de défense déployées à Tchaourou, Savè et environs pour maîtriser la foule qui a manifesté pendant pratiquement une semaine.

Suite à cette publication de la presse, dès le lendemain le samedi 15 juin 2019, le ministère a été contraint de réajuster son bilan et a confirmé une cinquantaine de blessés sans être très précis sur le chiffre.

Comme à Cadjèhoun

A l’allure des événements, Tchaourou et Savè pourraient connaitre le même sort que Cotonou/Cadjèhoun. Dans ces deux localités du septentrion, il n’y pas de bilan et il n’y aura pas en ce qui concerne les blessés civils. C’est le même scénario qu’on a eu à Cotonou. Depuis 50 jours, suite au carnage des 1er et du 2 mai 2019, on n’a pas encore le bilan ni pour les morts ni pour les blessés.

Doit-on en être surpris ? Apparemment non quand à chaque manifestation, on nous parle d’étrangers venus d’ailleurs. Mais quand il y a des morts, il se trouve paradoxalement qu’ils sont des béninois. On ne tue pas les étrangers mais il se fait que ce sont les béninois qui reçoivent les balles.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

28 + = 36