BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Crise commerciale Bénin-Nigéria : chute libre du prix du panier de la tomate fraîche

La tomate fraîche, produit de grande consommation au Bénin, coûte moins cher. Difficile pour les producteurs et revendeurs de la production de tomates de vendre leurs récoltes. Le prix du panier de tomates a chuté de près de 50% dans les marchés et les points de vente à Cotonou et à l’intérieur du Bénin.

Le chiffre d’affaires des producteurs et revendeurs de la production de tomates fraîches cette saison est en chute libre. Car, le prix de vente des tomates fraîches est en baisse depuis quelques jours. Vendu entre 5.000 et 8.000 FCFA aux différents marchés de Cotonou, il y a quelques jours, le prix de vente du panier ou de la bassine a chuté et cédé à un prix variant entre 2000 et 2500 FCFA, au lieu de 5000 FCFA ou 6000 le panier il y a deux semaines.

A en croire les commerçants et les producteurs, c’est une grande perte pour eux. «Je ne peux rentrer en possession du prix d’achat de mes tomates. J’ai payé à 1500 Fcfa le panier de tomates dans le Couffo sans les frais du transport, c’est à 2000 Fcfa que je vends le panier à Cotonou» a confié maman Geneviève, une revendeuse de tomates au marché de Dantopka.

Certains producteurs ne veulent plus vendre leurs tomates compte tenu de la baisse du prix a ajouté maman Geneviève. Pour Monique Dagnon, vendeuse de tomates, c’est aussi compliqué pour elle de trouver le prix d’achat des bassines de tomates qu’elle a payées chez les producteurs.

«J’ai payé des tomates pour une voiture J-9 pour un montant de 70. 000 Fcfa y compris les frais de transport mais au marché de Tokpa, c’est à 50.000 FCFA que je viens de céder les tomates. J’ai perdu 20.000 pour ne pas laisser les tomates pourrir. Elle a expliqué que les productions de tomates pourrissent dans les champs du Kpomassè, Couffo, Allada et Toffo où elles vont payer les produits pour revendre à Cotonou.

Dans presse tous les départements productifs de tomates, les produits pourrissent dans les champs. Une situation que déplorent beaucoup de paysans qui expliquent c’est un phénomène qui date des lustres. Jacques Sossou, un producteur de tomates à Sèhoué comme de Toffo explique : «nous ne vendons plus nos tomates à cause du prix de la bassine qui à baissé totalement. J’ai cessé de récolter mes tomates produites. Car, les acheteurs ne viennent plus payer comme d’habitude. Mes récoltes pourrissent présentement au champ» a ajouté le producteur Jacques Sossou.

En effet, quelques raisons expliquent la chute du prix des tomates fraîche au Bénin. Pour certains, ce sont les difficultés liées à la fermeture des frontières qui ont occasionné la baisse du prix des tomates.

Pour rappel, depuis le 20 août 2019, les autorités nigérianes, furieuses de voir déversés sur leur territoire des produits alimentaires interdits comme le riz, viandes et abats congelés venant du Bénin, ont décidé de fermer leurs frontières. Une décision qui pénalise déjà les commerçants et producteurs béninois.

En effet, la tomate est l’une des plus importantes cultures maraîchères du Bénin, avec plus de 200.000 tonnes chaque année. Elle se cultive sur toute l’étendue du territoire et bénéfice par endroits de conditions climatiques et édaphiques permettant une bonne production.

Installation des usines de transformation de tomates, une nécessité

Depuis des lustres, les producteurs de tomates fraiches sont toujours victimes de mévente et de destruction de leurs récoltes. Une situation dont les solutions peinent à être trouvées pour une transformation industrielle des tomates fraiches.

Le Bénin doit dupliquer les usines de transformation de tomates fraiches car, la seule usine de transformation installée à Kpomassè dans le cadre du Programme de Promotion de la Mécanisation Agricole (Ppma), ne suffit pas pour transformer toute la production. Des usines de transformation des tomates fraiches s’imposent au Bénin.

Le Togo devance le Bénin pour sauver les producteurs de tomates

Le Togo prend de bonne option pour sauver les producteurs de tomates suite aux mesures de restrictions des frontières nigérianes. Le gouvernement togolais a fait acheter cette semaine, plus de 200 tonnes de tomates fraiches auprès des producteurs locaux.

Cette opération, selon les sources officielles du Togo, vise à donner un coup de pouce à ces agriculteurs qui prévoyaient d’exporter leur marchandise vers le Nigéria, et qui subissent les contrecoups de la fermeture des frontières du Géant de l’Est avec le Bénin.

Cette fermeture perturbe de fait les échanges sur l’axe Abidjan-Lagos, ce qui met donc en danger ces tomates, denrées périssables. Par ailleurs, ces produits ont été rachetés à plus du double de leur cours actuel sur le marché (1500 FCFA le panier, au lieu de 700 FCFA). C’est par l’entremise de l’Armée que les transactions se sont opérées.

Pour la Grande muette, ces tomates made-in-Togo sont destinées aux unités des différentes garnisons, entre autres, ou à être stockées pour une utilisation future. C’est une solution efficace pour booster la production locale togolaise.

Par Abdul Wahab ADO

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

− 2 = 1