BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Bénin – Cadjèhoun : l’avocat de Yayi interdit d’accès au domicile de son client

Me Renaud Agbodjo, conseil de l’ancien président, Boni Yayi, avait une certaine marge d’actions à en ce qui concerne les visites à son client.

La marge de manœuvre de l’avocat de Yayi est désormais restreindre. Des éléments de la police lui ont opposé hier un refus catégorique pour rentrer chez son client. Résultat, Me Renaud Agbodjo, conseil de l’ancien président, Boni Yayi ne peut plus aller et venir chez son client comme bon lui semble. D’où vient cet ordre ? Relève-t-il d’une mesure conservatoire ?

L’interdiction de visite de l’avocat de Boni Yayi à son client est intervenue 48 heures seulement après que son conseil a dénoncé une présence nocturne des militaires non loin du domicile de l’ex chef de l’Etat.

En effet, le lundi 06 mai 2019 aux environs de 23 heures, les forces de l’ordre ont encore occupé les alentours du domicile de Boni Yayi. L’avocat de l’ancien président a confirmé l’information sur la radio BBC. Une présence que lui et son client ne comprennent pas.

Me Renaud Agbodjo, avait à cet effet, parlé de torture morale. Cette dernière infligée à son client qui «mérite, un minimum de respect» pour «tous les services rendus à cette Nation».

L’avocat du prédécesseur de Talon a par ailleurs réfuté les arguments donnés par les policiers pour justifier leur présence en ces lieux.

Selon Me Agbodjo, «C’est difficile de comprendre qu’un contrôle de routine commence après 23h 30». Et poursuivant son éclairage, leur présence selon l’avocat de Boni Yay est suspecte et laisse penser qu’ils auraient pu accéder au domicile s’il n’y avait pas la présence de la famille qui les dissuade. L’avocat informe aussi que son client est «empêché de recevoir des visites».

Mieux, cette situation intervient alors que la garde de sécurité rapprochée de Boni Yayi a été ‘’décapitée’’.

En effet, les anciens présidents bénéficient d’un minimum de sécurité à eux procurée par l’Etat. Dans ce cadre, il a été attribué au président Boni Yayi à la fin de ses deux mandats, cinq hommes (trois militaires et deux civils depuis le palais de la Marina. Il se fait que les militaires sont des garde du corps et les civils, les chauffeurs).

Alors en mars dernier, l’un des trois garde du corps rapprochés ne s’est plus jamais présenté à son boulot parce qu’il aurait été arrêté.

Il faut également signaler que le mardi 30 avril 2019, c’est à dire la veille du début des assauts militaires dans la rue abritant la résidence de Boni Yayi, son premier garde du corps très rapproché (qui reste dans le même véhicule que lui), aurait été contacté par la hiérarchie. Il n’est plus revenu jusqu’à ce jour …

Mieux, lors des mouvements et manifestations à Cadjèhoun, le jeudi 02 mai 2019, l’un des deux chauffeurs de Boni Yayi est porté disparu pendant qu’il a été commandé à bord d’un véhicule de marque ‘’Dodge’’ noir plaque bleu, l’un des véhicules attribués au président. Jusqu’à l’heure où nous sommes, il n’est toujours pas revenu.

Au regard de tous ces détails, il ne reste que deux personnes à la disposition du président Boni Yayi (un garde et un chauffeur). Pourquoi Boni Yayi devrait-il être traité ainsi alors que ce sont les lois de la République qui lui confèrent ces avantages?

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

1 COMMENTAIRE
  1. Rotelngar Mbailemal dit

    Le président Talon veux ramener Bony Yayi au pouvoir pour quelle raison je ne sais pas mais une chose est à savoir le béninois se tourne vite vers l’oppressé et lui donne toutes les chances. Si on continue sur cette lancée Bony Yayi qui connaît bien comment fonctionne sa population va continuer de mettre la pression et se présenter comme redresseur au prochaines élection présidentielle. Qu’il soit libre de ses actions mais , lui notifier les dérives. C’est ça aussi la politique laissé l’autre s’exprimer c’est son droit, apporter une démentie en est un autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.

− 1 = 2